Par delà les montagnes

Par delà les montagnes

Elle se sent singulière,
cette si jolie fleur
Elle est particulière,
sa vie pleine de couleurs
Elle est dans la lumière,
mais malgré son grand cœur,
Elle ressent un mystère, car elle manque de chaleur.

Elle donne tout son amour, Elle en reçoit aussi,
Elle partage en plein jour, à elle seule c’est un puits,
Elle est en mal d’amour, mais toujours elle sourit,
Elle rayonne toujours, mais pour elle c’est la nuit,
 
Elle envoie du bonheur, elle envoie de bonnes ondes,
Elle remplit de douceur, elle irradie le monde,
Même si le soir elle pleure, d’une tristesse profonde,
Car au jamais un leurre, ne rendra beau l’immonde.
 
Elle cherche dans les regards, un reflet de son âme,
Elle a froid dans le noir, elle recherche la flamme.
Elle aime et sans détour, mais elle hurle sans bruit,
Elle appelle au secours, dans son âme il fait gris.
 
Sa détresse est infâme, mais elle préfère la taire,
Tous les corps, toutes les âmes, venant de l’univers,
Tous les hommes, toutes les femmes, qui habitent la Terre,
Par delà les montagnes, ne pourront rien y faire.
 
Car dans son grand malheur, car dans son désarroi,
Elle cherche à l’extérieur, mais elle ne trouve pas,
Cette douce lueur, seul amour qu’elle n’a pas,
Celui de l’intérieur l’amour de soi pour soi.
SC

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :