Le planteur d’arbre

Il était une fois un planteur d’arbre,

Déterminé à fait de sa passion son métier.

Dans une immense forêt chaque jour

Il cultivait avec amour,

Une de vie de labeur,

Fin gourmet à ses heures,

Amoureux des animaux,

Des plantes et des oiseaux.

 

Le planteur d’arbre était attaché au plaisir simple de la vie.

Peut-être un peu trop attaché à une plante.

La Nicotiana tabacum finit par emporter son corps.

A-t-il pour autant quitté la forêt ?

 

Le planteur d’arbre n’était qu’un passager éphémère. Mais on y aperçoit encore ses empreintes de pas, ici et maintenant.

 

Un jour en promenade dans une forêt vierge

Le planteur d’arbre croisa une femme aux cheveux d’or.

Dans un terreau fertile, au milieu de l’immense foret

Ils y déposèrent ensemble 3 graines, prélevées de leur propre chair.

Les arrosèrent avec beaucoup d’amour. Un microcosme de chair et de sang.

 

Ses arbres plantés avec amour ses geste d’amour sont des traces indélébiles. Jusqu’au larme sur mes joues, ici est maintenant.

Ce n’est pas un adieu papa. Tu fais partie de la forêt. Tu es toujours là. Dans chacun des souvenirs qui traverse ma mémoire.

 

Ton sang coule dans mes veines. Sans toi je n’existerais pas. Je parle de toi au présent, ici et maintenant.

Tu as semé l’amour, tu as imprimé mon cœur et jusqu’au plus profond de mon être. Et cela est éternel.

Tu es la forêt, je suis la forêt.

 

Qu’on me demande de renoncer à toi ?!

Ton enveloppe physique, certes.  C’est à elle que je dis adieu aujourd’hui.

Mais je garde en moi une partie de toi, que ce soit dans mes pensées, dans mes tripes, dans l’amour ton amour de la vie, dans mon Adn, et jusqu’à ce grand mystère de la vie qui fait que j’ai un cœur qui bats que je suis vivant que je t’aime.

Tu es parti. Mais Je garde un peu de toi. L’univers garde un peu de toi.

 

Je ne dis pas adieu à ce que tu es aujourd’hui et je ne renoncerais jamais à toi.

 

Je te sens dans mes pensées, je te sens dans mon cœur, je te sens dans mon corps.

 

Je suis la forêt. Tu es la forêt.

 

Je t’aime.

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :