L’aigle mouche 2

L’aigle mouche 2

Je n’appartiens à personne. Libre comme l’oiseau, avide des grands espaces. Mais tu m’as transpercé de ton regard bleu. J’ai vu l’immensité de l’univers à travers tes yeux, un espace infini, un océan plein de lumière et de soleil.

L’immensité du vide dans lequel j’évoluais m’a explosé à la figure. J’ai soudain eu le vertige, j’ai eu du mal à voler. J’ai vu le sol se dérober sous mes pieds. Je me suis noyé dans ton regard.

Être libre me fait maintenant peur, je n’ai plus aucun gout, respirer n’a plus aucun sens. Les grands espaces sont vides et si sombres.

La liberté n’a plus aucun sens.

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :