La fille électrique

La fille électrique

Elle a bon cœur aimant,

mais mauvaise énergie.

Lutter contre le vent,

et ruminer sa vie.

Elle est raide comme le bois,

dans un tronc déjà mort.

Elle n’écoute plus les voies

qui peuvent détendre son corps.

 

Des pieds de porcelaine,

un vrai paquet de nerf.

Elle assèche ses veines,

à force de faire la guerre.

Aride comme une fontaine,

tarie dans un désert.

Son sang circule à peine,

dans ses jambes de pierre.

 

 

Elle oublie le vivant,

elle ne voit plus le beau.

Elle ne prend plus le temps,

d’écouter les oiseaux.

Elle en oublie le vent,

qui peux détendre son dos.

Puisse un jour de bonnes gens,

l’arroser de bonnes eaux.

 

 

Puisse un jour l’univers,

lui ouvrir le cœur.

La détendre dans ses chairs,

quelques larmes de bonheur.

De la sérénité,

tout l’amour qu’elle mérite,

Car fontaine asséchée,

peut cacher eau bénite.

Poster le commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :