Elle venait de la ville

Elle venait de la ville

Elle venait de la ville, a surgi de nulle part,

J’ai croisé cette fille, j’ai croisé son regard,

Dans la rencontre fortuite, discussion anodine,

Elle m’a plu tout de suite, la petite citadine.

Pendant qu’elle se maquille, la petite terrienne,

Moi je la déshabille, sa chevelure d’ébène,

Ses yeux si souriants, ses lèvres si tentantes,

Mon désir trépignant, dont elle n’est pas consciente.

 

Sur le chemin faisant, au milieu de la nuit,

Nous étions des enfants, au milieu de la vie,

Elle eut peur des bois, peur des agressions,

Elle semble avoir parfois, besoin de protection.

 

Derrière son air agile et son pas assuré,

Elle parait si fragile et parfois déjantée,

Sous son air innocent, et ses yeux qui taquinent,

Elle cache son cœur d’enfant, la petite citadine.

Poster le commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :